Le vitrail, art de lumière

Image de prévisualisation YouTube

Documentaire de création diffusé sur KTO

Le vitrail gothique, chef-d’œuvre médiéval

Au commencement… Fiat lux

Le 11 juin 1144. C’est le jour de la consécration du chœur de la basilique de St Denis. Pour l’occasion, le Père Abbé, Suger, invite le roi Louis VII et son épouse la reine Aliénor d’Aquitaine, ainsi que tous les grands du royaume, y compris archevêques et évêques. Et pour tous, c’est l’émerveillement devant la lumière des vitraux et l’élancement de la structure. Les prélats repartent avec pour seul désir : construire cette extraordinaire réalisation spirituelle dans leurs diocèses respectifs. C’est le début de l’art gothique. Art gothique ? « A peine digne des Goths ? » Baptisé d’abord art ogival en référence à l’ogive ou à l’arc brisé, parlons plutôt d’art Français, car il est né au XIIè siècle en Ile de France à St Denis, pour s’étendre à Sens, Laon, Noyon, Paris… jusqu’à Strasbourg.

Pour Suger, la lumière est indispensable pour glorifier dignement Dieu. Lumière qui éclaire les esprits et les cœurs. Lumière, première créature issue de la Parole de Dieu, qui se distingue des ténèbres.

Avec l’aide des vitraux, mettons en lumière la foi et le travail des hommes. La foi médiévale est le véritable point de départ de la construction des cathédrales. C’est aussi à cette époque, sous l’impulsion de St Bernard, que se développe la dévotion mariale.

Comments are closed.